Lundi 4 juin 1 04 /06 /Juin 09:40

Depuis 2006, BlogsBD.fr s'est imposé comme le blogroll le plus visité et influent de la blogosphère. Une hégémonie qui mérite réflexion. 


blogsbd1 Etagé sur trois colonnes, blogsbd.fr présente en son centre la crème des blogs BD, à droite les blogs qui méritent également de l'intérêt et à gauche un fil d'actualité sur la bande-dessinée. Le principe de ce site est qu'il n'est pas réellement un annuaire comme d'autres, car il est dynamique. Il recense non pas des blogs, mais leurs mises à jour. Ainsi, le lecteur pourra voir immédiatement quels sont les blogs les plus populaires qui ont été mis à jour dans la journée. Un gain de temps appréciable et fonctionnel. Au final, blogsBD.fr compte plus de 500 sites référencés (une centaine dans la rubrique principale).


Le problème de ce site est son hégémonie sur la blogosphère. Cas particulier du blog BD francophone, BlogsBD.fr a su s'imposer comme une référence incontournable. Ainsi, apparaître sur ce site est une preuve de talent et apporte surtout son lot de visiteurs. C'est là que la différence se fait : être référencé sur BlogsBD.fr est source de prospérité pour le blogueur, si bien que le site devient le Graal à atteindre. Il faut dire que ce site compte plusieurs milliers de visiteurs quotidiens sur sa page principale. Ainsi, des auteurs vont aussi bien remercier le site pour leur référencement (Manu XYZ) ou au contraire, l'attaquer pour leur rétrogradation (Madiaar, Laurel), voire même le parodier (aux débuts de Comicsblog.org).


La fonctionnalité du site cache son opacité. Ainsi, impossible de connaître les sites référencés. Seules leurs mises à jour permettent de s'en apercevoir. Ainsi, un blog qui arrive chez BlogsBD.fr n'est pas mis au courant. Même chose pour celui qui s'en va. Dans le cadre d'une radiation ou d'une rétrogradation, le fait que les blogueurs râlent en reprochant à Matt de leur faire perdre des visiteurs est révélateur d'un souci. Même des blogueurs influents comme Laurel et Madiaar ont besoin de BlogsBD.fr pour maintenir leur niveau de visiteurs et donc leur visibilité... Sans remettre en question la pertinence des choix de Matt (qui assume parfaitement leur subjectivité), il faut avouer que ce dernier a acquis un statut de faiseur de roi. On le retrouve ainsi également dans des jurys blogueusques (Festiblog, Révélation blog...). Si Matt a un coup de coeur pour vous, tout va devenir plus simple... Le nombre de personnes réellement influentes sur la blogosphère étant rares, ce statut n'est pas près d'être remis en cause.


gott.strafe.BlogsBD.jpgDevant la fronde qui lui a été faite, Matt a publié en 2009 une architecture de blogroll, afin de "proposer des visions alternatives de la blogosphère". Si l'initiative est louable, elle est quand même située dans un contexte où certains blogueurs n'avaient pas hésité à réclamer leur retour dans la catégorie principale de BlogsBD.fr... D'autres blogrolls ont alors émergé, tentant de remettre en cause l'hégémonie du n°1, comme Comicsblog et PetitFormat. Sans surprise, ils ont changé tout ce qui était décrié chez BlogsBD.fr, les équipes gardant quand même un pouvoir sur les sélections. Comicsblog se réserve ainsi un droit à favoriser certains blogs et PetitFormat propose une sélection officielle. Mais tout le monde peut s'y inscrire et un système de votes permet de bousculer la hiérarchie. De même, il est possible de faire sa propre sélection. Mais l'insuccès flagrant de ces blogrolls (la note la plus populaire de chez Comicsblog a eu droit à 6 clics...) montre que BlogsBD.fr a encore de beaux jours devant lui. Nul doute que le fait que tout le monde puisse s'inscrire est une fausse bonne idée. Car le blog BD possède aussi bien de grands talents comme les pires scribouillards de la bande-dessinée. En noyant tout le monde dans la masse, on perd le lecteur.


Blogsbd.fr et son créateur ne sont donc pas près de perdre leur hégémonie. La dépendance réelle des blogueurs face à la blogroll est un vrai problème. Difficile cependant de blâmer son créateur qui a su développer efficacement un site et en faire sa promotion. Charge à la blogosphère de se chercher des moyens alternatifs de contourner cette hégémonie s'ils veulent éviter qu'une personne décide de qui émergera ou pas de la masse grouillante de scribouillards numériques.


 

www.blogsbd.fr



Quelques liens en rapport avec tout ça : 


http://phylacterium.wordpress.com/2009/09/03/petite-histoire-des-blogsbd-francais/

 

http://maadiar.blogspot.fr/2009/08/blogsbd-fait-chier.html

 

http://bdrama.fr/blogsbdantitrus

 

http://manu-xyz.blogspot.fr/2009/04/ho-putain.html

 

http://bloglaurel.com/coeur/index.php/2009/10/13/2473-le-coup-de-free-n-est-plus-d-actualite-dans-cette-note

Par BlogZoner - Publié dans : Sites Web
Réagir - Voir les 10 réactions
Mercredi 30 mai 3 30 /05 /Mai 10:38

Véritable gourou du blog BD, Boulet règne sans partage sur la blogosphère depuis près de 8 ans. A quand un successeur ?

 

boulet2.JPGIssu de la première génération de blogueurs qui a popularisé le genre, Boulet est avant tout un professionnel de la bande-dessinée. Avec son blog, il a su allier le principe de la note autobiographique à une imagination débordante. Ainsi, son blog lui servait également de zone d'expérimentations en tout genre, ce qu'il cherche aujourd'hui à retrouver.

 

Nombreux sont alors ceux qui aimeraient réitérer l'exploit et détrôner le sempiternel numéro un. Mais comment se fait-il qu'après autant d'années, la suprématie de Boulet n'ait jamais été réellement remise en cause ? L'auteur est tellement influent que l'on retrouve certains de ses gimmicks chez de nombreux blogueurs. On ne compte plus les amateurs se revendiquant de Boulet et pillant sans vergogne ses blagues les plus connus. Ils se posent ainsi directement en suiveurs, cherchant uniquement à imiter le style de leur maître. Le meilleur moyen de titiller Boulet est de faire autre chose qu'une pâle copie. Ce n'est pas pour rien si les blogueurs à succès aujourd'hui sont des auteurs qui ne font pas du sous-Boulet, mais quelque chose de radicalement différent (Marion Montaigne, Yoda...)

 

Le problème est que le blogueur de base récupère et imite ce qu'il y a de plus simple chez la star de la blogosphère. Ainsi, la procastrination et la vaisselle sale sont deux sujets de prédilection chez les blogueurs masculins (et plus globalement, la feinéantise). Ainsi, on voit plein de jeunes auteurs se dessiner avec de la vaisselle qui s'empile, blasés et fiers de leur incapacité à gérer le tout. On est loin de l'attaque du plat à raclette réalisé par le maître, autrement plus créatif et original que ses disciples.

 

boulet-copie-1.JPG

Deux visions de la vaisselle sale par Gilles (Boulet) et Pierre Roussel.


Le style graphique de Boulet reste lui, relativement peu copié. Certes, certains vont mettre des "petits traits", mais pas de quoi crier au plagiat. Que l'on aime ou pas son style graphique, force est de constater que Boulet sait varier les plaisirs. Changement de style et de colorisation, plans et perspectives recherchés... Le travail de composition est bien supérieur au classique du blog, à savoir : un plan américain, une personne vue de trois quarts et peu ou pas de décor. D'ailleurs, beaucoup de blogueurs crachant sur la mode girly empruntent beaucoup plus aux codes des Pénéloppe Bagieu et Margaux Motin, plus qu'à ceux de Boulet. Les sujets changent, certes, mais pour le reste...

 

Il serait donc temps que les blogueurs aille chercher ce qu'il y a de meilleur chez Boulet. Tant qu'à le copier, autant le faire bien. Boulet fait avant tout de la bande-dessinée, qu'il adapte au format du blog (rythme de parution, sujets traités, liberté graphique et de ton...). C'est surtout une formidable créativité, une capacité d'invention incroyable. D'ailleurs, les participations de Boulet aux 24 heures de la BD sont toujours pleine d'idées. Avant de se lancer dans une note, les blogueurs devrait donc se poser une question essentielle : est-ce que ce que j'ai à dire à un intérêt ?

 

www.bouletcorp.com

 

Par BlogZoner - Publié dans : Analyse
Réagir - Voir les 3 réactions
Mardi 29 mai 2 29 /05 /Mai 08:06

leburp.jpg

Star de la blogosphère, Le Burp s'enfonce de plus en plus dans une quête de la reconnaissance de blogueurs. Ne perd-il pas de vue finalement les vrais objectifs ?


Invité du dernier festiblog et sélectionné pour le dernier révélation blog, Le Burp est assurément un blogueur qui a le vent en poupe. C'est d'ailleurs bien mérité : son dessin est de haut niveau et son humour suit. Ou plutôt suivait. En effet, depuis des mois, la bestiole jaune s'obstine à être reconnue. Ainsi, sa série "Pour une poignée de likes", qui l'occupe depuis des mois, n'est qu'un prétexte à faire intervenir nombre de blogueurs (Lénaïc Vilain, Evan etc, 2D... la liste est longue). Une forme de fan-service en quelque sorte. Sa bande-dessinée, démarrée avec une forme de suspense, devient alors incompréhensible et y perd de son intérêt. Et pourtant, le succès perdure...


En effet, le blogueur lambda se retrouve tout excité à lire ces planches, espérant y figurer. Mais pour le lecteur qui n'est que lecteur, comme moi, l'intérêt y est sacrément limité... Le Burp pousse même le bouchon jusqu'à orchestrer une (pseudo ?) interactivité avec ses lecteurs lié au nombre de mentions "j'aime" sur sa page Facebook. Il annonce que le sort d'un personnage dépend du nombre de gens qui vont aimer sa page. Ou que la sortie d'une nouvelle planche ne sera effective que quand une certaine barre sera dépassée. Donc, partagez amis fans, que je puisse régner sur la blogosphère.


leburp2.jpgCette stratégie marketing prend le pas sur son talent ces derniers mois. Cela s'est ressenti également sur 30 jours de BD où l'auteur poste certaine de ses planches (alors inédites). Le Burp a d'abord détourné les codes du site très astucieusement. Mais très vite, à vouloir parler de 30 jours de BD dans ses planches du même site, il s'est vite tari.


Le Burp souhaite pourtant avant tout être édité. Il en fait part régulièrement. Sa stratégie consiste à se faire remarquer par un éditeur. Il dit lui-même qu'il espère qu'un éditeur passera sur son blog et le contactera. Mais en auto-centrant son travail sur la blogosphère, il se tire une balle dans le pied. Surtout que pour le Révélation Blog, il n'a pas été dans les trois gagnants alors que ceux-ci sont choisis par les votes du public ! Malgré sa stratégie de fans en grand nombre, Le Burp n'a pas réussi son coup, doublé par des blogs peut-être moins connus mais plus personnels.


Son personnage de Burp est également un frein évident à un passage à l'édition classique. Immédiatement reconnaissable sur la toile, il n'est pas du tout adapté à d'autres projets. En parlant de projets, il faudrait que l'auteur comprenne que s'il veut réussir, il devrait se concentrer sur de vrais concepts, de vraies histoires et monter des dossiers. Et arrêter de perdre du temps à faire plaisir à une communauté qui le vénère.


www.leburp.com

Par BlogZoner - Publié dans : Blogs
Réagir - Voir les 7 réactions
Lundi 28 mai 1 28 /05 /Mai 10:56

Après un buzz savamment orchestré, le projet 17 mai a été dévoilé. Sans surprise, il concerne l'homophobie.


17mai.jpg Sous l'impulsion de Silver et Pochep, une centaine d'auteurs se sont donc penchés sur la problématique de l'homophobie avec des histoires destinées à sensibiliser le public à ce problème. Et là, c'est la catastrophe. Toutes les idées les plus basiques sont rebâchées : un homosexuel ne peut pas donner son sang, être homosexuel est puni de la peine de mort dans tant de pays, un homosexuel est incompris par sa famille et utiliser le mot "pédé" est destructeur. Sans nier ces faits, ils font partie d'une forme de bien-pensance sans originalité.


Il faut dire que la structure du projet lui-même détruit beaucoup les intentions des auteurs. Très vite, le lecteur voit bien que l'on parle d'homosexualité. Donc, toutes les BDs dont la chute était basé sur "vous pensez hétérosexualité mais en fait ce personnage est homosexuel" tombent à plat. Mais là encore, c'est aussi la faute des auteurs qui n'ont pas fait preuve d'originalité. Passons sur les histoires gnangnan de filles ou garçons dans un lit qui se font des câlins et qui se disent qu'ils s'aiment...


Heureusement, certains auteurs font preuve d'un peu d'originalité. On pourra citer 2D qui détourne intelligemment l'insulte "pédé" ou Boutanox qui démarre sur le fait que l'auteur a cru qu'il devait dessiner contre les homosexuels, une façon de parler des clichés avec originalité. Caroline Guillot nous gratifie d'une chute efficace. Sess & Nine retourne le problème. Gally fait dans l'excès. Dommage que ces histoires originales soient finalement très minoritaires et noyées dans la masse.


Faire un projet entier basé sur l'homophobie est à mon sens une erreur, même en partant d'une bonne intention. Cela victimise la communauté homosexuelle. On est loin du talent de Ralf König qui passa sa carrière de bédéaste à utiliser le carcan de l'homosexualité pour raconter des histoires, rendant avant tout cette communauté sympathique et attachante, sans pour autant jeter un voile pudique sur ses pratiques. De même, dans "Comédie sentimentale pornographique", Jimmy Beaulieu écrit des histoires d'amour entre hétéros ou homos de façon complètement indifférenciée, montrant que sexualité et amour sont vécus de la même façon quel que soit le sexe en face. Peut-être que traiter frontalement et uniquement ce sujet n'est pas le meilleur moyen de faire avancer la cause.

 

http://www.projet17mai.com/


Par BlogZoner - Publié dans : Sites Web
Réagir - Voir les 2 réactions
Samedi 26 mai 6 26 /05 /Mai 23:38

Il y a peu, le site Manolosanctis a fermé et avec lui, le rêve d'une génération de blogueurs BD amateurs.


manolosanctis.pngEn tant que lecteur de blogs BD, j'ai été attristé par le dépôt de bilan de cette société qui avait su générer une communauté autour de son module de lecture bien pratique. Cependant, il ne faut pas oublier que Manolosanctis vendait avant tout du rêve. Et aux dernières nouvelles, le rêve, ce n'est pas la réalité.


En devenant peu à peu éditeur "classique", Manolosanctis a enterré son idée de départ que c'était les lecteurs qui déterminaient qui serait édité ! En quelque sorte, si j'ai plein de fans, je finis sur papier. Comme le système de vote est tellement à la mode, beaucoup y ont cru. En effet, de plus en plus, avoir plein d'amis fictifs sur Facebook et se faire retweeter à foison est le symbole d'une future réussite. Cependant, seuls les naïfs auront cru à ce mirage. Manolosanctis a depuis toujours sa propre ligne éditoriale, comme tout éditeur qui se respecte. Cependant, par sa rubrique "coup de coeur", la plateforme a toujours su entretenir l'espoir chez ses auteurs amateurs...


La fermeture de Manolosanctis n'est-il pas finalement le coup dur qu'il fallait à la blogosphère BD pour sortir de la médiocrité dans laquelle elle s'est engluée ? Du jour au lendemain, la visibilité de nombreux blogueurs mauvais s'en retrouve diminuée. Difficile d'un coup de refaire parler de soi. Certes, d'autres plateformes existent mais ne promettent pas la gloire. Reste Facebook pour les plus acharnés d'entre eux.


Avec des sites comme Manolosanctis, le petit blogueur va commencer une BD, en faire 15 pages et espérer être remarqué. Il oublie alors que la méthode traditionnel, c'est de monter un projet, un vrai. De faire moins de pages mais mieux. De travailler un scénario. D'écrire un synopsys. Bref, d'apporter une viabilité au projet, pas une visibilité. C'est ce qui différencie le blogueur BD de l'auteur de BD.

Par BlogZoner - Publié dans : Sites Web
Réagir - Voir les 3 réactions

Présentation

  • : BlogZoner
  • BlogZoner
  • : Critique et analyse de la blogosphère BD.
  • Contact

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus